Actualités

Covid-19 et Prévention des RPS

TOP 5 des pièges à éviter

 

TOP 5 des pièges à éviter

Covid-19 et Prévention des RPS

Date de rédaction de l'article : 03.09.2020 - Artess Conseil

Surcharge de travail, distanciation physique, plans sociaux et économiques, tensions entre salariés et encadrants… ces situations peuvent constituer des facteurs déterminants dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux (RPS). La reprise d’activité dans le contexte actuel peut favoriser l’apparition de ce type de situation.

Afin de prévenir l’apparition de ces situations et ainsi limiter les effets néfastes que peuvent engendrer les risques psychosociaux, nous vous proposons d’aborder les 5 pièges à éviter au sein de votre entreprise.

Négliger les conséquences de la mise en place des mesures barrières

La publication du protocole national sanitaire le 31 août dernier est venu compléter les mesures barrières à mettre en place afin d’assurer la sécurité des collaborateurs. Ces mesures visant à prévenir les risques de transmission du Covid-19 entre les collaborateurs peuvent néanmoins constituer des facteurs aggravants dans le cadre de la gestion des risques psychosociaux.

La mise en place des mesures barrières doit pour cela nécessité une attention toute particulière auprès des collaborateurs. Ces mesures barrières peuvent en effet entraîner des difficultés supplémentaires à la bonne réalisation des activités de travail. Un temps d’adaptation lié au contexte des activités de travail mais également aux collaborateurs devra être pris en compte dans la réalisation du travail.

Certaines mesures barrières vont également constituer des freins aux relations sociales notamment dans les espaces dits « collectifs » en temps normal. Les pauses, la prise des repas ou encore les temps d’échanges seront directement impactés, ce qui pourra engendrer des exclusions, des tensions mais également des conflits.

Banaliser les surcharges de travail liées à la reprise d’activité

La reprise d’activité peut être synonyme de "relance économique à tout prix" pour les sociétés et cela au dépend de l’adaptation de la charge de travail pour les collaborateurs.

Les modifications importantes des modes de réalisation des activités de travail (télétravail, activité partielle…) ont bouleversé les conditions de réalisation du travail. Les contraintes personnelles (enfants à la maison, personnes malades…) sont venues accroitre ces difficultés.

Il convient ainsi de ne pas banaliser les potentielles surcharges de travail engendrées par ces modifications de réalisation des activités de travail. Les échanges entre les collaborateurs et les encadrants de proximité devront être plus fréquents que de manière ordinaire, ce qui nécessite également de ce fait une adaptation de la charge de travail des encadrants.

Ne pas restaurer le collectif de travail et les relations avec l’encadrement de proximité

Le télétravail s’est pendant plusieurs mois imposé comme la "nouvelle norme" dans la manière de travailler. L’activité partielle s’est également généralisée dans une majeure partie d’entreprises. Enfin, certains collaborateurs ont continué à travailler en présentiel en raison de leur activité de travail ne pouvant se réaliser à distance.

La multiplicité de ces situations a pu contribuer à désorganiser l’équilibre au sein des collectifs de travail et affaiblir les bonnes relations avec les encadrants de proximité. Ces derniers ont toutefois été les garants de la cohésion des collectifs de travail au cours des mois précédents.

Les entreprises devront ainsi créer les conditions pour que les relations entre les collaborateurs et les encadrants de proximité redeviennent optimales. Des temps d’échanges plus fréquents devront permettre de recréer ce lien qui a pu se dissiper au cours de la période d’éloignement et qui peut être limité lors de la reprise en raison de la mise en place des mesures barrières (notamment la distanciation physique).

Ne pas impliquer les instances représentatives du personnel

L’éloignement physique imposé au cours de cette période entre les collaborateurs et les représentants des instances représentatives a généré des difficultés pour le bon maintien du dialogue social au sein des entreprises.

Les mesures prises en urgence par les entreprises pour assurer la continuité de leur activité n’ont pas toujours permis d’impliquer les représentants des IRP alors même que ces mesures ont pu avoir des impacts importants en matière de santé et de sécurité mais également en matière de gestion des conflits et des risques psychosociaux.

L’implication des IRP est donc primordial pour associer le personnel à définir et à adapter au sein des équipes les mesures à mettre en place dans le cadre de la reprise d’activité.

Ne pas communiquer sur les impacts de la crise sanitaire pour l’entreprise

Les conséquences sociales et économiques associées à la crise sanitaire ont soulevé des interrogations de la part des collaborateurs sur la pérennité des activités de l’entreprise et sur les potentielles nécessités de restructurer les équipes. Ces questions ont amené les collaborateurs à éprouver un sentiment d’insécurité lié à la perte de leur emploi.

La communication doit jouer pour cela un rôle décisif au sein des entreprises. L’information des collaborateurs sur les impacts de la crise sanitaire sur l’entreprise et les actions mises en place pour en limiter les conséquences doit être réalisée de manière très régulière. Il n’y a en effet rien de plus destructeur au sein des collectifs de travail que les interprétations, les rumeurs ou encore les craintes de certains collaborateurs.

A retenir

La baisse d’activité de la majeure partie des entreprises a engendré une volonté de reprise économique rapide afin de rattraper les pertes engendrées par la crise sanitaire. Cette reprise peut toutefois pousser les entreprises à exposer leurs salariés à des situations générant des risques psychosociaux, et ce de manière non maîtrisée.

Pour limiter cela, il convient de prendre en considération et d'impliquer les acteurs essentiels du dialogue social en entreprise et notamment les instances représentatives du personnel afin que les mesures mises en place, autant sur le plan économique qu’en matière de santé et de sécurité, soient adaptées au contexte de chaque collectif de travail.

Nous contacter

Vous souhaitez optimiser votre stratégie de prévention en travaillant sur une ou plusieurs thématiques liées aux domaines de la santé, sécurité et de l'environnement ?

Contactez-nous pour que nous puissions échanger avec vous sur votre projet.

Téléphone

06 40 81 46 81

 

E-mail

contact@artess-conseil.fr

Adresse

18 Allée du Lac Saint André

73370 LE BOURGET DU LAC

  • LinkedIn

Suivez-nous sur Linkedin

© 2020 par Artess Conseil